La ronde chantée - Les Mattagumber
Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Les Mattagumber

Les Mattagumber

Spectacles en plein air. Théâtre - Musique - Danse - Chant - Poésie...


La ronde chantée

Publié par mattagumber

La ronde chantée

La ronde chantée

Traduction française : Didier Simon

Cliquez sur les liens pour voir les partitions et entendre la mélodie.

La ronde chantée est la forme la plus archaïque de la danse paysanne. Elle correspond à une société communautaire repliée sur elle-même, vivant quasiment en autarcie…en somme, en cercle fermé. Il serait trompeur de ne voir en elle qu'une forme simpliste de la danse, qui plus est accompagnée aux chansons parce que les paysans étaient trop pauvres pour se payer les services de musiciens. Les pas de danses techniquement assez simples et le tempo généralement modéré de ces rondes doivent permettre aux participants de réserver énergie, souffle et concentration pour le chant. C'est que le paysan, par gourmandise, réuni dans ces rondes ses deux plaisirs favoris, le chant et la danse. A tel point que l'on ne sait plus s'il s'agit de danse accompagnée par le chant ou au contraire de chant accompagné par la danse.

Si des réservoir d'archaïsmes, comme la Cornouaille bretonne ou les Landes de Gascogne, ont conservé leurs rondes chantées jusqu'à l'aube du 20ème siècle, le quart Nord-est de la France, très urbanisé, plus facilement influencé par les modes nouvelles et surtout industrialisé beaucoup plus tôt, était censé avoir oublié ces rondes depuis longtemps et ne devait pas révélé aux enquêteurs de traces de ces rondes. Et pourtant…

Les travaux de collectage de l'Abbé Louis Pinck peuvent être considérés comme les plus complets de tout ce qui a été fait dans l'aire Alsace - Moselle, de par leur ampleur (5 tomes de ses Verklingenden Weisen), de par leur originalité, mais surtout par l'enquête de terrain particulièrement approfondie qui accompagne ce collectage. Dans la zone étudiée (Moselle germanophone et quelques incursions en Moselle romane et en Alsace), Pinck a toujours eu le souci de replacer le collectage dans son contexte. Il sera aussi le seul a décrire sérieusement les danses paysannes qu'il aura observé ou qu'on lui aura raconté ; et même si cet apport peu paraître maigre, il reste fondamental compte tenu de l'indigence de nos sources en la matière.

Didier Simon

* * * * *

Verklingenden Weisen, Lothringer Volkslieder gesammelt und herausgegeben von Louis Pinck, Dritter Band / tome3. (Lothringer Verlags-und Hilfsverein, Metz 1933)

Seite 458 : Das Reigentanzen nennt man in Haselburg "rundienen", während die 95 jährige Witwe Nicolas ('s Munerle) "rundenen" als Bezeichnung dafür gebraucht. Auf meine Frage, wer "gerundient" habe, antwortete Frau Kremer : "Ei, die Buwe un Maidle. Dies geht schöner, wann die mitnand singe as eleen. Die Buwe singe gröwer un die Maidle räner un dies geht schön z'samme." Als ich weiter fragte, wann, wo und wie "gerundient" worden sei, sagte sie : "Sundas, no der Veschper um Gilgeplatz (auf dem Galgenplatz, zwischen Dorf und Waldesrand). Mr hat sich d'Händ gin un g'schlenkert un isch um die, wu in der Mitte ware im Ringelerum gang. Bim Lied "Ihr Herre" stehn zwei in der Mitte, knien sich un were geheirat. Un wann die geheirat ware, kumme zwei annere dran un so ging's mit dem Lied als weiter bis se all dran ware. Die gro e Leut standen ringsherum un wann der Paschtor uns nokumm isch, sin m'r all los, die " Kellerhäls" (Kellereingänge) rin un han d'Tür zugeriegelt."


Traduction :

Page 458 : A Haselbourg, danser en rond se dit " rundienen ", alors que la Veuve Nicolas (dite s'Munerle), âgée de 95 ans, utilise le terme " rundenen ". A ma question, qui rondiait, Madame Kremer répondit : " Eh, les garçons et les filles. C'est plus joli quand ils chantent ensemble que tout seul. Les garçons chantent plus grave et les filles plus clair et ça va bien ensemble. " Je demandais alors quand, où et comment rondiait-on, elle répondit : " Les dimanches, après Vêpres à la Gilgeplatz (place du gibet, entre le village et l'orée de la forêt). On se donnait les mains que l'on balançait et l'on tournait en rond autour de ceux qui se trouvaient au milieu. Pendant la chanson " Ihr Herre " deux se retrouvaient au milieu, s'agenouillaient et étaient marié. Et après qu'ils fussent mariés, deux autres prenaient leur place et ainsi continuait la chanson jusqu'à ce que tous soient passés. Les grandes personnes se plaçaient autour de la ronde et quand le Pasteur nous pourchassait, nous nous précipitions dans l'entrée d'une cave que nous barricadions. "

La ronde chantée

Verklingenden Weisen, Lothringer Volkslieder gesammelt und herausgegeben von Louis Pinck, Vierter Band / tome 4. (Im Bärenreiter-Verlag zu Kassel 1962)

Seite 276 & 277: Nr. 98. Reigen. Es hat ein Wirt ein Töchterlein

Am 7. September 1937 vorgesungen von der 68 jährigen Taglöhnerin Louise MALHOMME zu Baumbiedersdorf (Kr. Bolchen). Melodieaufnahme von ROHR und DAHMEN.

Baumbiedersdorf ist das lothringische Bauerndorf, das sich den Reigentanz wohl am längsten erhalten hat, bis nach dem Weltkrieg, bis etwas 1925, während er sonst in Lothringen schon bald nach 1870, mit dem Einzug neuer Lieder und Tänze, immer mehr verschwand. Meistens erinnern sich nur mehr die älteren und ältesten Bewohner aus ihrer Kinder-und Jugendzeit daran, während Papa GERNE aus Gebenhausen (Kr. Saargemünd) (Bd. I S. 310, II 389), 's MUNERLE aus Greningen (Kr. Forbach) (Bd. II S. 135, & 361-363), Witwe KREMER aus Haselburg (Kr. Saarburg) (Bd. III S. 268, 456) selbst noch tüchtig mit "gerundet" haben. Die Enkelin des Gebenhausener Spielmanns (Bd. I S. 276) Marie-Kaeth SCHMITT wei nur mehr vom Hörensagen davon, da man vors Dorfs hinaus auf den Buweberg gegangen sei und dort haben Jung und Alt "gerundet". Als Gebenhausen dann vor 80 Jahren einen Pastor bekamm (Pfarrei wurde), war dieser sehr dagegen und bekämpfte das "Rundenen" als heidnischen Tanz. Der 73 jährigen Wilhelm MEYER in Morsbronn-Hilsprich hat als "Bu" bei der Unterbrechung der Flechtarbeit an den Meistuben-Abenden drau en im Freien noch mit "gerundet". Aber es waren schon nicht mehr die gro en "Rundeen" an den Sonntag-Nachmittagen in Sommer, mitten im Dorfe, von denen Mme DAUPHIN (Britscher Nickels Bärwel, geb. 1850 zu Hilsprich) ihrem Enkel Louis DAUPHIN, Lehrer am Zaberner Lyceum, erzählte, wobei man, wie sie sagte, bald ging, bald stehen blieb, bald trippelte und wieder ging und dabei immer sang. An die Lieder selbst erinnerte sie sich indes nicht mehr.

Anders ist es in Baumbiedersdorf, wo Frl. Louise MALHOMME und ihre Freudin sich noch gut der Reigentänze erinnern, da sie noch selbst mit dabei waren. Sie erzählen, da es meist an den Sonntagen von Ostern bis Pfingsten war, an denen "gerundet" wurde. Es hie : "hut werd gerundet", und nach dem "Rosenkranz", der Abendandacht, kamen jung und alt auf dem gro en Platz vor "Gaschers Hus", mitten im Dorf, zusammen. Hier wurde auch regelmä ig schon gleich eine erste "Runde" veranstaltet, falls es nichtgleich direkt vors Dorf hinaus ging. Das Wort "Reigen" kannte man nicht. Schulkinder beteiligten sich nicht daran, auch die Erwachsenen nicht, deren Eltern es nicht duldeten, wohl weil der Pfarrer dagegen war. (…) Als er (der Pfarrer) mal zu der alten "Bändergretel" bemerkte, sie wäre doch jetzt bald alt genug, um nicht mehr mit dabei zu sein, meinte sie: "Wann ich nit derbie bin, do geht's nimmeh". Die Alten lehrten nähmlich die Jungen sowohl "rundenen" wie die "Rundelieder". Waren es so viele, da sie nicht alle in einem Kreis Platz fanden, dann bildeten die Jüngeren, von etwa 16 Jahren ab, einen zweiten kleineren inneren Kreis. Von "Gaschers Hus" ging's dann froh singend zum Dorf hinaus an den "Spitzeweg" bei "Hardy's Kriz". Wer am Wege stand, der wurde einfach mitgenommen und mu te mit, einerlei ob's allen behagte oder nicht. Als "Rundelied" sangen sie mit besonderer Vorliebe: Es steht ein Mühl in jenem Tal (Edelmann un Knecht). - Vorgesungen von der Näherin Frl. Marie KELLER und von ROHR am 7. September 1937 aufgenommen und am 2. September 1938 nochmals nachkontrolliert.

Seite 279: Bei diesem, wie auch den anderen Reigen, ging man nach links rund mit dem linken Fuss seitwärts beginnend, und es ging so kreisförmig und gleichmässig im Tackte weiter, sich bei den Händen haltend und gleichmässig nach dem Tackt die Arme von vorwärts nach rückwärts schlenkernd. Die Worte "Lustig vor dem Vallendé" wurden rascher gesungen und dabei wurde auch rascher gegangen. In ihren Bewegungen richteten sich die Rundgehenden überhaupt genau nach dem Tackt des Liedes. Das Wort "Juchhe" wurde ganz besonders laut und staccato gesungen, wobei, ohne die Hände loszulassen, jeder so hoch hüpfte als er nur konnte. Es war der reinste Wettstreit, wer am höchste springen würde.


Traduction :

Page 276 & 277: n° 98. Ronde. Es hat ein Wirt ein Töchterlein

Collecté le 7 septembre 1937, auprès de Louise MALHOMME, 68 ans, journalière à Bambiderstroff (Arr. De Boulay / Moselle). Enregistrement de la mélodie ROHR et DAHMEN.

Bambiderstroff est le village paysan de Lorraine où la danse en rond s'est maintenue le plus longtemps, jusqu'après la guerre mondiale, vers 1925, pendant que le reste de la Lorraine la voyait disparaître dès 1870 avec l'arrivée de nouveaux chants et de nouvelles danses. Aussi n'y a-t-il plus guère que les plus anciens habitants pour se souvenir d'y avoir participé pendant leur enfance ou leur jeunesse. Alors que Papa Gerne de Guebenhouse (Arr. de Sarreguemine) (tome I p. 310, tome II p. 389), s'Munerle de Greningen (Arr. de Forbach) (tome II p. 135, & 361-363), la Veuve Kremer de Haselbourg (Arr. de Sarrebourg) (tome III p. 268, 456) ont encore eux-mêmes dansé la ronde, la petite fille du musicien de Guebenhouse, Marie-Kaeth SCHMITT ne sait plus que par ouïe dire qu'on allait en-dehors du village, sur le Buweberg, et là, jeunes et vieux rondiaient. Quand il y a 80 ans, un Pasteur fut nommé à Guebenhouse (et que le village devint une paroisse), celui-ci fut particulièrement opposé et à la ronde et la combattit comme danse païenne. Wilhelm Meyer de Morsbronn-Hilsprich, âgé de 73 ans, a eu encore l'occasion de rondier lorsqu'il était enfant, pendant les soirées de printemps, en plein air, entre deux travaux de tressage. Mais ce n'était déjà plus les grandes rondes des dimanches après-midi d'été, au milieu du village, dont parlait Mme Dauphin ( Britscher Nickels Bärwel, née en 1850 à Hilsprich ) à son petit-fils Louis Dauphin, professeur au Lycée de Saverne, rondes dans lesquelles, comme elle le racontait, tantôt on marchait, tantôt on restait sur place, tantôt on trépignait puis à nouveau on marchait et ceci tout en chantant. Par contre, elle ne se souvenait plus des chansons.

Tout autre est la situation à Bambiderstroff, où Mlle Louise Malhomme et son amie se rappellent très bien des rondes auxquelles d'ailleurs elles ont participé. Elles racontent que c'était surtout les dimanches entre Pâques et Pentecôte que l'on rondiait. On disait : " Aujourd'hui on va rondier ", et après le rosaire, jeunes et vieux se réunissaient sur la grande place, devant la maison de Gascher, au milieu du village. Régulièrement, une première ronde y était exécutée, quand on ne sortait pas directement en dehors du village. On ne connaissait pas le mot Reigen (rondier en allemand, N.d.T.). Les enfants des écoles n'y participaient pas, pas plus que les plus âgés dont les parents ne l'auraient pas toléré car le Curé y était opposé. (…) Alors qu'il (le Curé) faisait remarquer à la vieille Bändergretel, qu'elle était assez vieille pour ne plus y participer, elle lui répondit : " Si je n'y suis pas, alors ça n'ira plus ". Les anciens apprenaient aux plus jeunes autant les rondes que les chants. Etait-on trop nombreux pour que chacun trouve sa place sur le cercle, que les plus jeunes, d'environ 16 ans, formaient un deuxième cercle plus petit à l'intérieur du premier. De la maison Gascher, on sortait du village en chantant joyeusement, par le Spitzeweg jusqu'à la croix de Hardy. Celui que l'on rencontrait en chemin, était embarqué et devait suivre la troupe que ça lui plaise ou non. Comme chant à rondier, ils aimaient particulièrement : Es steht ein Mühl in jenem Tal (Edelmann und Knecht). Collecté auprès de la couturière Mlle Marie Keller et enregistré par Rohr le 7 septembre 1937 et contrôlé le 2 septembre 1938.

Page 279 : A cette ronde, comme à d'autres, on se déplaçait vers la gauche, en rond, en commençant du pied gauche latéralement, et l'on continuait ainsi, en cercle et en mesure, en se tenant les mains et en balançant les bras d'avant en arrière, en mesure. Les mots " Lustig vor dem Vallendé " étaient chantés plus rapidement et donc aussi dansés plus rapidement. Dans leur mouvement, les danseurs se dirigeaient très précisément par rapport à la mesure de la chanson. Le mot " Juchhe " était chanté fort et staccato, pendant que, sans se lâcher les mains, chacun sautait aussi haut qu'il pouvait. C'était un vrai concours à celui qui sauterait le plus haut.

* Reconstitution-adaptation par d' Mattàgumber de cette ronde : voir ci-dessous.

Ein anderes Rundelied der Baumbiedersdorfer war "die Koblenzer Mädchen". Bei Papa GERNE hie en sie nach einem Dorf in der Nähe von Gebenhausen "die Holvinger Mädchen" und bei Frau KRAEMER "die Oberländer Mädchen". Der Melodie nach sind sich die Lieder jedoch fast gleich. (Siehe Bd. II S. 135,239,389.)

Gerne wurde als Rundelied auch der "Schäfersohn" gesungen, nach derselben Weise wie Papa GERNE ihn sang (Bd. I S. 259). Nur singt Louise MALHOMME nicht wie Papa GERNE "Ringlein Roseblume", sondern "Von der edlen Rose".


Traduction :

Un autre chant à rondier des habitants de Bambiderstroff s'appelait " Die koblenzer Mädchen ". Papa Gerne l'appelle d'après un village des environs de Guebenhouse " Die holvinger Mädchen " tandis que Mme Kraemer l'appelle " Die oberländer Mädchen ". Au vu de la mélodie, ces chansons se ressemblent beaucoup. (voir tome II, page 135, 239 & 389)

On aimait aussi chanter comme chant à rondier le " Schäfersohn ", à la façon de Papa Gerne (tome I, page 259). Louise Malhomme ne chantait pas " Ringlein Roseblume " comme Papa Gerne, mais " Von der edlen Rose ".

La ronde chantée
La ronde chantée
La ronde chantée
La ronde chantée

Autres rondes collectées par Pinck / Anderen "Runde" gesammelt von Pinck :

Es steht ein Lind

Der Schäfersohn

Der Kapitän

La ronde chantée
La ronde chantée
La ronde chantée

* * * * *

Reconstitution-adaptation par d' Mattàgumber de la ronde "Es steht ein Mühl in jenem Tal"

La ronde chantée

Reconstitution-adaptation par d' Mattàgumber de la ronde " Es steht ein Mühl in jenem Tal "

(coll. Pink, Verklingenden Weisen, tome 4, page 277)

Nous avons pris le parti de conserver ce qui nous paraîssait le plus caractéristique de cette danse, là où Pinck se fait le plus précis, c'est-à-dire, la ronde continuellement fermée, chantée par les danseurs eux-même, la direction (vers la gauche), le départ latéral du pied gauche, le balancement des bras et le saut de la 7ème mesure.

Concernant le pas de danse, Pinck utilise les verbes hüpfen et springen (deux synonymes pour sauter) quand il décrit le saut, mais pour le reste, il utilise deux fois le verbe gehen (aller), une fois le verbe weiter gehen (continuer) et une fois le verbe sich richten (se diriger). Nous savons donc que les danseurs se déplaçaient sur la ronde, mais nous avons pas d'indication sur le pas qu'ils effectuaient. Nous avons pris là le parti du double, parce que nous le " sentions " comme ça.

De même, quand Pinck affirme que: " Die Worte "Lustig vor dem Vallendé" wurden rascher gesungen und dabei wurde auch rascher gegangen." (Les mots " Lustig vor dem Vallendé " étaient chantés plus rapidement et donc aussi dansés plus rapidement), à une accélération du tempo, nous avons préféré une plus grande amplitude du mouvement.

La danse :

En ronde, les danseurs se donnent les mains et font face au centre, sauf pour les sursauts.

mesures 1 & 2 : double à gauche en partant du pied gauche, déplacement modéré / G D / G G /

mesures 3 & 4 : double à gauche en partant du pied droit, déplacement ample / D G / D D /

mesures 5 & 6 : double à gauche en partant du pied gauche, déplacement modéré / G D / G G /

mesure 7 : sursaut pied droit (le plus haut possible) / D D /

mesure 8 : sursaut pied gauche (modéré) / G G /

mesures 9 & 10 : double à gauche en partant du pied droit, déplacement ample / D G / D D /

Pendant toute la danse, on balance les bras d'avant en arrière (avant sur le temps fort, arrière sur le temps faible) en amplifiant le mouvement sur le premier sursaut (mesure 7).

Les doubles à gauche partants du pied droit, se font en croisant celui-ci devant le gauche.

Le chant :

Pinck nous rapporte les propos de Mme Kremer qui affirme que garçons et filles chantaient ensemble parce que ça faisait plus joli. C'est tout ce que nous savons quant à la façon de chanter ces rondes. Nous avons donc pris le parti du chant à répondre avec tuilage, tout à fait conscient que ce style de chant n'était pas attesté chez nous (hormis certains cantiques), parce que ce chant s'y prêtait.

" Man darf eben nicht vergessen, dass alle aufgenommenen Lieder (…) trotz ihrer schriftdeutschen Fassung mit stark dialecktischer Färbung gesungen wurden." (Verkl. Weisen, tome 1, page 311). Pinck nous affirme par là que les chansons collectées, malgré leur transcription en allemand écrit, étaient chantée d'une manière fortement teintée de dialecte. Nous avons donc adapté le chant à notre dialecte du Sud de l'Alsace.

Quant au texte, nous avons adopté le texte " revisité " par le Folk de la rue des dentelles dans les années 70. C'est l'histoire d'un gentilhomme amoureux de la fille du meunier. Pour lui déclarer sa flamme, il se cache dans un sac d'avoine que son valet porte au moulin. Mais elle ne veut pas de lui, elle préfère un militaire dans la version collectée par Pinck et un musicien dans la version revisitée.

Voici comment nous le chantons :

1° chanteur : Es steht e Mehli in jenem Tal, lustig vor 'm Valendéééééééééééééé---------------------------------------------------------------------------------------

2° chanteur :------------------------------------------lustig vor 'm Valendé, esch obe breit un unte schmal, ------------------------------------------------------------------

choeur :--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------hopplà ! Scheeni Runde, lustig vor 'm Valendé.

1- Es steht e Mehli in jenem Tal,

Lustig vor 'm Valendé,

Esch obe breit un unte schmal,

Hopplà ! Scheeni Runde,

Lustig vor 'm Valendé.

2- Net wit dàvo e Edelmann,

Lustig…

Er wott em Meller's Tochter ha,

Hopplà…

3- D'r Herr dà het e güete Chnàcht,

Lustig…

Un alles was er macht esch ràcht,

Hopplà…

4- Er steckt si Herr wohl in e Sack,

Lustig…

Un brengt in d' Mehli als Habersack,

Hopplà…

5- Un in d'Nacht in d' Mitternacht,

Lustig…

D'r Haber in d'r Sack verwacht,

Hopplà…

6- D' Tochter schrei, d' Müeter brielt,

Lustig…

Es esch e Dieb in eiser Mehli,

Hopplà…

7- Es esch jo ke rechtiger Dieb,

Lustig…

D'r Edelmann d'r hat dech lieb,

Hopplà…

8- D'r Edelmann, d'r mag ech net,

Lustig…

E Müsikant abschlag ech net,

Hopplà…

9- D' Müsikante sen jo Litt,

Lustig…

Haï se ke Gàld, haï anderi Litt,

Hopplà…

10- Es steht e Mehli in jenem Tal,

Lustig…

Esch obe breit un unte schmal,

Hopplà…

Archives

Articles récents